logo site
bienvivre à géasque

le site d’une opposition constructive pour le bien de tous les habitants de la commune

Fleurissement : que c’est triste !
Article mis en ligne le 3 septembre 2015
dernière modification le 17 octobre 2015

par François CERMELJ

Pendant 6 ans j’ai eu la responsabilité des espaces verts et du fleurissement de la commune. J’ai œuvré au mieux pour que notre village reste agréable, fleuri et que soient respectés les espaces verts, la nature et bien entendu le développement durable.

Nous avons travaillé avec les services pour que notre village réponde à beaucoup d’exigences environnementales au travers du concours des « Villes et village fleuris », qui n’est pas seulement un label « fleurs » mais un véritable label en faveur de l’écologie et du développement durable.

Nous avons d’ailleurs obtenu un prix du concours :

« Pour une démarche respectueuse de l’environnement »

Pendant la mandature précédente, nous avons réduit de 30% le nombre de bacs de fleurs à proprement dits sans que ce soit impactant pour la jovialité et la beauté de notre village.
Nous avons planté dans les bacs des fleurs dites annuelles nécessitant peu d’eau et peu d’entretien. Ces espèces, telles que les gauras, les coreopsis… ressortent d’une année sur l’autre. Malheureusement elles ont été arrachées, on ne sait sous quel prétexte.

Beaucoup connaissent mon engagement écologique : l’austérité ne doit pas peser sur la qualité du fleurissement de notre village. Les fleurs sont synonymes de plaisirs, de beauté, de petits instants précieux que nous offre la vie.

Il faut bien sûr rester raisonnable, mais planter des espèces qui ne fleurissent pas et qui sont susceptibles de se gêner, cela nécessitera autant d’eau que d’entretien. Le résultat est beaucoup plus triste pour les yeux, la population n’y trouve pas son compte mais surtout le village n’est pas mis en valeur.

Aujourd’hui, la majorité, sous prétexte d’écologie, prive les habitants de cette parenthèse qui nous rend plus gais ; en tout état de cause, cette politique restrictive ne changera rien face aux grands enjeux écologiques qui nous attendent.

Si c’est une question d’argent, ce sont des économies de bout de chandelles au regard des projets envisagés par la majorité qui eux, vont faire brûler, à Gréasque, la chandelle par les deux bouts…

Hélène Gaillard


Dans la même rubrique

0 | 5

La valse des adjoints
le 13 mars 2019
par NRM
Meilleurs voeux pour 2019
le 25 janvier 2019
par NRM
TRAVAUX EN FORET
le 1er juin 2018
par NRM
A propos du bulletin municipal
le 16 janvier 2018
par NRM
En marche arrière pour l’éducation
le 21 juillet 2017
par François CERMELJ

Ma noisette

Ici vous pouvez afficher les articles avec le mot-clé "special".