logo site
bienvivre à géasque

le site d’une opposition constructive pour le bien de tous les habitants de la commune

Gréasque millionaire ?
Article mis en ligne le 4 août 2015
dernière modification le 2 juin 2018

par François CERMELJ

Le 29 juin dernier, Monsieur le Maire a convoqué le dernier Conseil municipal avant l’été. Dans le premier chapitre concernant les finances, le point 3 soumettait au vote de l’assemblée délibérante un avenant du Contrat Communautaire Pluriannuel de Développement (CCPD). Pour mémoire ces contrats sont passés avec la Communauté du Pays d’Aix (CPA) et les villes et villages qui constituent cette agglomération. L’objectif est de mettre à disposition des communes un fond d’investissement pour les projets des communes. La participation de la CPA est limitée à 50% des opérations programmées, elle peut être moindre si d’autres financements sont sollicités.

Comme le rappelait la note de présentation aux conseillers municipaux, « les 36 contrats communautaires signés portent sur un montant global de plus de 463 millions d’euros. Le contrat de Gréasque porte sur un montant de fonds de concours de 9 405 000 euros. La durée initiale était de 5 ans et portait sur la période 2014-2018. Le taux de réalisation constaté par la CPA n’est que de 20,35%. Il est donc apparu nécessaire de rationnaliser la répartition des fonds de concours en prolongeant la durée initiale des contrats de 2 années supplémentaires  ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette manne financière dont nous fait bénéficier la CPA. Mais cela n’empêche pas de nous questionner sur les équipements à privilégier et surtout sur les conséquences à long terme concernant les budgets futurs qui seront forcément impactés par les équipements réalisés.

Le contrat voté le 20 juin 2014, prévoyait 19 440 000 euros d’investissement sur 5 ans (2014-2018), nous avons découvert avec stupeur que le nouveau tableau d’investissements prévoyait désormais 24 594 000 euros d’investissement jusqu’en 2020 mais avec la même participation de la CPA (9 405 000 €). Le reste de la facture s’élève donc à 15 189 000 euros.

Mais pour quels projets structurants ?

  • Un gymnase, estimé en 2014 à 2 050 000 €, est évalué un an plus tard à 3 500 000 € (on s’approche de l’estimation que nous avions donnée pendant la campagne). Attendez la facture finale car le terrain n’est pas encore acquis ! Et les promesses d’une reprise totale de l’ancien gymnase par le Conseil Général seraient remises en cause…
  • Extension de l’école élémentaire et construction d’une restauration municipale 2 890 000 €, alors que nous avons des locaux existants et payés qui pourraient être réaménagés pour répondre aux objectifs de la majorité en place. Que faire de l’école Amalbert ? Des logements ? Mais la cour n’appartient pas intégralement à la mairie et il faudra tout raser. A noter que ce projet n’est même pas inscrit au Plan Local de l’Habitat (PLH) tout fraîchement voté !
  • Construction et déplacement des services techniques et du Comité Communal Feux Forêt 1 500 000 €, encore des locaux qui existent et qui sont amortis depuis bien longtemps. Pourquoi déplacer ces locaux ? Pour faire un musée de la mine pharaonique dont on parlera plus bas et des logements à la place des services techniques. Le PLH ne prévoit pas non plus de logements à cet endroit !
  • Un pôle culturel et touristique sur le patrimoine industriel (Musée de la mine) d’abord estimé à 4 000 000 €, le projet à littéralement explosé en atteignant 9 000 000 €. Nous sommes persuadés que le musée de la mine nécessite des investissements pour développer son rayonnement touristique. Cependant, seule, Gréasque ne peut assumer les charges d’un musée digne de ce nom. Et investir 9 millions d’euros dans des bâtiments engendre des coûts de fonctionnement conséquents.

Les gréasquéens auront donc à financer des projets pharaoniques, le budget d’investissement de la commune ne suffira pas à assumer le financement de ces projets. Le recours à l’emprunt ou l‘augmentation des impôts seront les conséquences inévitables de l’aboutissement de toutes ces réalisations.

Mais surtout, une fois ces investissements financés par la CPA, le département ou même par l’Europe, les Gréasquéens resteront seuls pour assumer les budgets de fonctionnement de ces infrastructures imposantes. Charges d’eau, d’électricité, d’entretien des locaux, les charges de personnel sont autant de conséquences lourdes qui pèseront sur les budgets de la commune pour plusieurs dizaines d’années.

Ne croyons donc pas que Gréasque soit millionnaire !

Pour chaque million apporté par la CPA, Gréasque devra financer son propre million. Et les investissements programmés seront réalisés avec de l’argent public, cela demande d’anticiper les coûts de fonctionnement qui seront induits pour les générations futures. Enfin, Monsieur RUIZ a promis beaucoup pendant la campagne et sans augmenter les impôts ! Monsieur le Maire porte aujourd’hui la responsabilité de tenir le budget de la commune et de calibrer les investissements pour maîtriser les dépenses publiques dans un contexte économique sensible.


Ma noisette

Ici vous pouvez afficher les articles avec le mot-clé "special".